#1 Avocat et Nutella – Les produits qui sont des désastres écologiques et par quoi les remplacer

Une nouvelle série d’article pas toujours très drôle, puisque vous regarderez ensuite vos salades d’avocat, votre banane et le nutella du goûter d’un autre œil ! Mais comme on n’est pas du genre à faire l’autruche par ici autant tout savoir de l’impact de notre consommation sur l’environnement et surtout trouver des alternatives au moins aussi bonnes pour compenser !

La suite de la série sur le Quinoa, le thon rouge et le crevettes, par ici !

Certains verront une vie sans nutella et sans avocat (entre autres) comme une vie de frustrations, je le vois plutôt comme du respect :

  • envers la nature et cette planète qui nous accueille,
  • envers ceux qui sont à l’autre bout de la chaîne de production ou qui souffre des conséquences de cette production,
  • envers les générations futures, je ne pense pas être la seule à vouloir un jour des enfants, et l’idée de les accueillir dans un monde pour qui le kiff de manger un avocat tous les jours vaille déforestation, sécheresse et pollution ne m’enchante pas vraiment.

Alors vous verrez que l’état des lieux démoralise un peu et en rédigeant cet article il se peut que quelques « monde de merde » se soient échappés ! Mais justement on a tous le pouvoir de ré équilibrer la balance ! Ne gaspillons pas ce pouvoir et mettons le en pratique dès maintenant.

Toutes mes sources sont indiquées en fin d’article.

Cette semaine focus sur le nutella et l’avocat !


Le nutella

Pour le coup, je ne vous apprends rien sur les dégâts absolument incroyables de la culture de l’huile de palme en Indonésie. Je prends le Nutella pour exemple, mais l’ensemble des produits dont l’huile de palme entre dans la composition est à remettre en question. Pour faire face à la demande mondiale, les sociétés productrices détruisent des forêts abritant un riche écosystème (dont les fameux Orang outans) pour planter de plus en plus de palmiers. Nulle part ailleurs qu’en Indonésie ces dégâts ne sont aussi visibles : depuis 1990, le pays a perdu plus de 31 millions d’hectares de forêts, soit une surface équivalente au territoire allemand. Greenpeace affirme que des progrès sont réalisés en Asie mais qu’ils sont encore trop lents.

Qui plus est, « la frontière de l’huile de palme tend à se déplacer vers l’Afrique, où les forêts du bassin Congo sont aujourd’hui menacées par les appétits industriels de quelques grands groupes, comme la Socfin qui possède plusieurs concessions sensibles et refuse pour le moment de s’engager en faveur d’une politique Zéro Déforestation. La Socfin est détenue à 38, 75 % par le groupe Bolloré, qui refuse pour l’instant de faire jouer son pouvoir d’influence. »

Vous pouvez d’ailleurs signer une pétition en ce sens ICI.

Par quoi remplacer le Nutella ?

Revenons à nos moutons ! Le Nutella n’est certes pas le seul responsable, mais il est en tout cas, très facile à remplacer. Oui je sais, vous avez déjà essayé d’autres marques mais ça n’a jamais été aussi bon ? Alors tentez le Nocciolata, je ne connais personne qui regrette sincèrement le nutella après l’avoir goûté ! Sans huile de palme, avec option sans lactose pour les intolérants ! Le gout de noisette, la texture, tout y est !! disponible en magasins bios et grands surfaces.

Pour augmenter votre impact, il faudrait éviter les céréales du petit-déjeuner, les biscuits chocolatés, sucrés et salés, les chips, la margarine, les plats préparés, les pains industriels, les glaces, les bouillons culinaires et même certains laits infantiles.

L’avocat (du diable !)

Je savais que la culture du plus instagrammable des fruits étaient mauvais pour l’environnement mais pas à ce point !

La culture

Cela commence par la culture, Die Zeit (hebdomadaire allemand) nous informe « qu’en moyenne dans le monde, il faut 180 litres d’eau pour faire pousser un kilo de tomates et 130 pour un kilo de salade. Pour un kilo d’avocats, il en faut… 1 000. Soit 1 000 litres pour deux avocats et demi. » Or les principaux pays producteurs : Afrique du Sud, Chili, Mexique, sont touches par le phénomène El Nino et sont ponctuellement déclarés en état de sécheresse. Au vu des enjeux financiers, l’arbitrage est vite fait : il vaut mieux irriguer les champs d’avocatiers qu’apporter de l’eau aux populations.

Slate ajoute « qu’en partie à cause de la demande venue des Etats-Unis, les producteurs d’avocats chiliens ont utilisé tellement d’eau que les puits de certains villages sont à sec. Comme en Californie, le changement climatique a diminué la quantité d’eau venant des montagnes, obligeant les agriculteurs à utiliser les aquifères souterrains, sans régulation de ces eaux.  »

Bon déjà ça pose les bases, sans parler de la déforestation (encore !) pour pouvoir planter des hectares d’avocatiers. Sans parler non plus des agriculteurs qui délaissent les productions de denrées du quotidien comme le mais pour se consacrer uniquement à l’export d’avocats, tant la demande européenne et américaine a explosée.

Le transport

Mais le carnage ne s’arrête pas là. Une fois récoltés, les avocats sont chargés sur des cargos, direction : l’Europe ! Le Nouvel Obs précise que « les avocats sont maintenus à 6°C dans un container climatisé afin de ne pas mûrir tout de suite. Taux d’humidité, concentration de CO2 : tout est contrôlé au millimètre. C’est peu dire que le transport est hautement énergivore. Chaque avocat voyage en outre soigneusement protégé dans un emballage pour ne pas s’abîmer, ce qui ne fait qu’aggraver son bilan énergétique. A l’arrivée, non loin de Rotterdam, les avocats sont amenés en mûrisserie. Là, on diffuse de l’éthylène en gaz – celui que dégage une banane quand elle mûrit par exemple – afin de les faire mûrir pile-poil comme on le souhaite. Les avocats y restent six jours environ, à une température qui varie entre 6 et 25°C en fonction de savants et secrets calculs. »

Une fois triés et à nouveau empaquetés nous les retrouvons donc sur nos étalages. Autant dire que bio ou non, l’impact est ÉNORME. Voila maintenant que j’ai rédigé cette partie je pense que je n’en achèterai plus jamais !

Quelles alternatives à l’avocat d’Amérique du Sud ?

  • La corse commence à en cultiver en bio, on en retrouve également en Espagne quand c’est la saison (hiver et printemps). Cela réduit les aberrations de transport mais ne diminue pas la consommation en eau du fruit.
  • Pour l’apéro on pourra remplacer le guacamole par du houmous, caviar d’aubergine, crème de courgette, par exemple.
  • Pour la salade avocat pamplemousse ce sera plus compliqué ! D’autant que les pamplemousses viennent bien souvent d’Afrique du Sud, mais c’est une autre histoire !

Si vous ne pouvez vraiment pas vous en priver, réduisez votre consommation, essayez de consommer européen et faites un écart de temps à autre, sans vous fouetter non plus, l’idée étant de faire de son mieux en connaissance de cause !


Sources

  • http://tempsreel.nouvelobs.com/planete/20161117.OBS1338/vous-ne-regarderez-plus-jamais-les-avocats-de-la-meme-facon.html
  • http://www.bioalaune.com/fr/actualite-bio/33996/top-10-des-pires-aliments-planete
  • http://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/data/964/reader/reader.html#!preferred/1/package/964/pub/965/page/16
  • http://www.slate.fr/story/93209/avocat-secheresse-californie-chili
  • http://www.up-inspirer.fr/31799-avocat-quinoa-faire-face-aux-contradictions-bien-manger
  • https://www.greenpeace.fr/huile-de-palme-des-entreprises-un-peu-plus-respectueuses-des-forets/
  • http://www.consoglobe.com/nocciolata-vient-casser-les-noisettes-nutella-cg

5 Comments

  1. Pingback: #2 Thon rouge, crevette et quinoa – Les produits qui sont des désastres écologiques et par quoi les remplacer | L'inspiration engagée !

  2. Pingback: Quand voter ne suffit plus | L'inspiration engagée !

  3. maconscienceecolo

    oh non pas l’avocat 🙁 c’est mon péché mignon, au printemps et en été j’en mange toutes les semaines… Je l’achète bio et si possible européen mais je fais déjà tellement d’effort par ailleurs (zéro déchet et végétalisme notamment) que je m’autorise ce faux-pas. Je sais que c’est un peu nul comme excuse… Je vais essayer de diminuer promis !

    • haha ! effectivement quand on fait déjà beaucoup d’efforts, c’est fatiguant de découvrir de nouvelles « contraintes » !
      S’ils sont bios et européens c’est déjà bien mieux ! Et puis l’idée ce n’est pas d’être parfait mais de faire de son mieux !

  4. Pingback: Forestera l’entreprise qui fait rimer écologie, éthique et rentabilité | L'inspiration engagée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *