Forestera l’entreprise qui fait rimer écologie, éthique et rentabilité

Après vous avoir parlé de permaculture hier, j’ai envie d’approfondir le sujet de l’agriculture durable et de l’impact que chacun d’entre nous peut avoir à ce sujet.

Entreprise, écologie et économie participative

Si l’on est tous sensibilisés aujourd’hui aux bienfaits de l’agriculture bio on en oublie parfois les conditions de production. J’en avais parlé dans des articles précédents en prenant pour exemple le quinoa, les produits à base d’huile de palme ou encore l’avocat (voir ici et ) qui sont en partie responsable de la déforestation en Asie ou en Amérique Latine. En cette semaine du développement durable, j’aimerais vous parler d’une belle initiative menée par Forestera qui montre qu’écologie, économie participative et entreprise sont loin d’être antinomiques.

Forestera est une filiale de l’entreprise française ForestFinance qui développe une vision holistique de l’agriculture en finançant et gérant une reforestation durable d’un point de vue écologique mais également social.

forestera_bildschirmfoto-2015-10-27-um-21.18.55-e1495625118448

Qu’est ce que l’agroforesterie ?

Quel est le rapport entre reforestation et agriculture allez vous me demander, hé bien c’est le moment de parler un peu d’agroforesterie ! « Cela désigne les pratiques, nouvelles ou historiques, associant arbres, cultures et-ou animaux sur une même parcelle agricole, en bordure ou en plein champ. Une expérimentation INRA sur un système blé-noyers dans l’Hérault a montré qu’une parcelle agroforestière de 100 ha pouvait produire autant de biomasse (bois et produits agricoles) qu’une parcelle de 136 ha où arbres et cultures auraient été séparés ». Ces résultats sont dû à la synergie de ces éco systèmes : « l’arbre remonte par exemple l’eau et les minéraux des couches profondes du sol pour les remettre à disposition des cultures de surface. La création d’un micro-climat sur la parcelle protège également les cultures et les animaux des stress thermiques et hydriques ».

Système agroforestier tropical - Crédit: Ethiquable


Source : Los Tostados

Le projet Forestera

Maintenant que le concept est plus clair, revenons en au projet Forestera, celui-ci se consacre au développement de systèmes agroforestiers (mélangeant forêt et cacaoculture donc) dans les milieux tropicaux et plus particulièrement au Pérou. L’objectif est de développer des terres épuisées par l’agriculture intensive dans la région de San Martin au Pérou, pour ensuite développer des cultures de cacao durables afin de recréer une forêt secondaire tout en offrant à la population locale un cadre de travail équitable qui s’inscrit dans la durée.

Et parce qu’un schéma est souvent plus clair qu’un long paragraphe :

ChaineValeur_FR_6

Pourquoi le cacao ?

Comme l’explique Lenny Martinez, chef du projet dans un article paru sur Consogloble : « la filière du cacao est caractérisée par d’importantes disparités à plusieurs niveaux : concentration des zones de production, domination du marché par quelques multinationales couplée à une grande précarité pour les producteurs, influence de la culture de cacao sur la déforestation, vieillissement des parcelles… Ces disparités et leurs multiples interactions génèrent des difficultés économiques, sociales et environnementales qui freinent le développement pérenne de la filière et amènent les petits producteurs à s’orienter vers d’autres cultures plus lucratives. Une pression à la production est également exercée auprès des producteurs, avec comme conséquence directe la mise en place de clones de cacaoyers à croissance rapide, mettant à mal les variétés locales et la condition des sols ».

Cabosses-Pérou-1015x540.png

En quoi l’approche de Forestera est-elle durable, globale et éthique ?

Forestera compte bien lutter contre cet appauvrissement des sols et des petits producteurs en proposant une approche complète : favoriser le retour de la biodiversité via l’agroforesterie (en plantant des essences fruitières et forestières aux côtés des cacaoyers), diminution des intrants (l’objectif est d’utiliser uniquement des unités de bio-fertilisants qui seront créés sur la plantation, afin de solliciter rapidement le label Bio), reboisement, formation des producteurs locaux à cette démarche durable, salaires minimum, empowerment des femmes, transformation locale du cacao et du bois créant ainsi des emplois durables, protection des cours d’eau mitoyen, mise en place d’une couverture sociale et familiale pour les ouvriers de la plantation, investissement dans les infrastructures locales au bénéfice des employés et des communautés environnantes (logements, infrastructures, formation continue, etc.). Augustin Fromageot, chef de projet au Pérou explique même dans cet article comment sont recyclés tous les déchets verts rejetés au cours de la transformation du cacao (engrais, herbicide naturel, infusion : rien ne se perd, rien ne se crée : tout se transforme !).

A travers une empreinte écologique, environnementale et sociale, Forestera se démarque ainsi des filières éthiques classiques : « la réussite et la pérennité de nos projets reposent sur le rapport que les populations locales entretiendront avec les essences qui seront replantées. Du respect de l’environnement, d’une pratique écologique de l’agriculture, de la surveillance et entretien au quotidien des arbres, de l’apprentissage de nouveaux métiers naîtront des écosystèmes durables ».

Comment s’engager à son niveau en faveur d’une agriculture durable ?

Aujourd’hui et pour une semaine encore Forestera est en pleine levée de fonds afin de développer 80 hectares de terres issues de l’élevage intensif et/ou de la déforestation pour y relancer un système agroforestier basé sur la cacaoculture, 1 000 arbres (essences endémiques) et cacaoyers seront plantés par hectare pour développer un cacao aromatique à destination des chocolatiers. Ce projet représente la création de 25 emplois permanents et 25 postes saisonniers.

Lenny Martinez précise que leur « objectif est de créer des micro-fermes tropicales connectées entre elles, non loin l’une de l’autre ; plutôt que d’avoir une énorme parcelle. Ces fermes tropicales sont plus résilientes, et avec un fort impact social. Nous souhaitons construire Forestera sur le terrain de façon collaborative avec des ONG, instituts de recherche, fabricants de chocolat, écoles, etc. Nous allons dédier une partie de nos parcelles à de la recherche notamment pour planter des variétés rares de cacao et spécifiques au terroir local, en partenariat avec l’Instituto de Cultivos Tropicales de Tarapoto ».

Pourquoi participer à cette levée de fonds ?

Forestera nous explique que « l’on contribue ainsi à la métamorphose d’une filière en la rendant plus transparente, plus équitable, avec une vision globale de la chaîne de valeur, de la fève de cacao à la tablette de chocolat ». Soutenir Forestera c’est soutenir une agriculture durable qui respecte l’environnement et tout l’écosystème qui gravite autour : des salariés aux conditions de travail décentes avec des perspectives d’évolution, la reforestation, la biodiversité, etc…

Pour rejoindre le mouvement c’est par ici !

Comme toujours l’idée est de faire des petits pas vers le monde et la société dans laquelle on rêve de vivre. Cela passe bien souvent par notre consommation en refusant d’acheter des produits qui génèrent une chaine de production que nous ne cautionnons pas. Investir dans Forestera c’est prendre le problème à la racine et encourager des initiatives qui adoptent une approche globale prenant en compte le respect des écosystèmes et des humains qui en vivent ! Et si même les paresseux sont d’accord, je ne vois plus de raison de ne pas foncer 😉 !

forestera_IMG-9380-e1495625381809


Sources :

  • http://www.agroforesterie.fr/definition-agroforesterie.php
  • https://www.forestfinance.fr/forestera/
  • https://www.consoglobe.com/forestera-defis-pour-la-cacaoculture-de-demain-cg
  • https://www.forestfinance.fr/traduire-leconomie-circulaire-agriculture/
  • https://www.forestfinance.fr/blog/
  • http://www.lostostados.com/blog/2016/11/2/lagroforesterie-cl-de-vote-dune-reforestation-durable-et-profitable
  • http://www.lostostados.com/blog/2016/5/24/agroforesterie-les-fondamentaux
  • https://www.forestfinance.fr/pourquoi-pas-le-desordre-forestier-en-agriculture/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *